Attention, fragile !

Attention, fragile ! A ces mots, nous prenons mille précautions pour manipuler l’objet fragile de peur de le briser. Cette fragilité retient en elle l’Art, l’Histoire, le Temps… Mais qu’en est-il de notre propre fragilité ? De la fragilité de notre Humanité ? Les épreuves actuelles nous confrontent sans détour à cette fragilité. Nous avons construit un monde d’apparences, nous avons placé notre confiance dans des constructions humaines, nous avons oublié Dieu. Quelles constructions avons-nous échaffaudées pour notre monde intérieur, pour notre véritable être ? Je me découvre jour après jour dans mes fragilités, parfois inconnues jusque là… Je suis infiniment reconnaissante à Dieu qui agit patiemment pour m’accompagner sur ce chemin de connaissance intérieure et de déploiement vers plus de Vie. Je suis étonnée de moi-même ! Comment ai-je pu m’ignorer ou me mentir pendant tant d’années ? J’ai d’abord lutté pour ma survie tel un animal sans conscience. Je me suis reposée parfois mais les mécanismes étaient bien ancrés. J’ai voulu me faire aimer aussi mais sans être libre… Que de dégâts ! J’étais si éloignée de celle que je suis… Je ne suis pas encore arrivée mais j’approche de plus en plus et ma fragilité devient ma force. Cela se conjugue avec la Vérité, la douceur, la patience, la beauté, la Liberté… Je n’ai plus besoin de tricher, de me faire violence, de rester enchaînée. Je peux vivre au lieu de simplement exister. J’entre dans un mouvement au lieu de rester dans un petit monde, certes connu, mais fermé et sclérosant. C’est le mouvement de la Vie, le mouvement de l’Esprit de Dieu qui me sort de mes confortables enfermements pour une vie plus féconde. Je pose un pied après l’autre dans une attention intense à ce qui est, sans jugement et j’aspire à mourir joyeusement vivante !

« Tenez-vous à l’écart de l’homme, qui n’a qu’un souffle dans les narines ! A combien l’estimer ? »

Isaïe 2, 22