Cri d’amour du fils – L’école de la fragilité (p.84) – Denis Trinez

« Coeur vulnérable du Christ, l’amour ne s’impose pas. Quelle vulnérabilité plus grande que celle de cet amour qui déborde et qui trouve peu de coeurs pour pouvoir se répandre. C’est tout le drame de la vie de Jésus, habité totalement par l’amour de son Père, mais qui ne peut rien pour ceux qui refusent son passage […] Fais silence pour contempler ce coeur débordant, vulnérable et offert. »