Louange de l’ombre (p 83) – Jun’ichirô Tanizaki

« Je suppose que nous, les Orientaux, avons tendance à nous satisfaire de la situation telle qu’elle se présente, du coup nous ne ressentons pas d’injustice à être dans l’obscur, nous nous disons que nous ne pouvons rien y faire, et si la lumière est chiche, eh bien nous plongeons dans le noir et nous découvrirons par nous-mêmes la beauté intrinsèqe de la lumière chiche. En revanche, ces progressistes d’Occidentaux souhaitent toujours améliorer leur condition. Ils cherchent toujours plus de clarté, de la bougie à la lampe à huile, de la lampe à huile aux réverbères à gaz, jusqu’aux lampadaires électriques, et se donnent beaucoup de mal pour chasser la moindre ombre.«