Odes mystiques (p 252-253) – Rûmî

J’en jure par ce coeur qui n’est qu’amour pour toi, je ne deviens pas l’ami de ceux qui ne te sont pas chers. Que mon âme ne soit pas sans douleur, si elle n’est pas sacrifiée pour toi. Que mes yeux perdent leur éclat s’ils ne répandent pas de larmes pour toi, que mon espoir reste inassouvi s’il s’adresse à un autre que toi, que mon être soit détruit s’il n’est pas consacré à toi.

Quelle beauté, quelle splendeur existe qui ne soit le reflet de ton visage ? Quel roi, quel émir qui ne mendie à ta porte ? Ne permets pas que mon coeur soit au gré des ennemis ; vois que les désirs de mon âme tendent tous à te satisfaire. Le moment passé loin de toi ne se retrouvera plus. Qu’y puis-je ? Seul est possible ce que tu décrètes. O mon âme, offre ta vie ! Va, pourquoi trembler ? Va donc, cesse de craindre, sacrifie-toi : Eh ! Quoi ! N’est-ce pas ton Dieu ? Ne tremble pas pour toi-même, afin que les autres tremblent pour toi. Je le jure sur ta vie : tu n’as d’autre ennemi qur toi-même.