Mémoire ancestrale

Il m’arrive régulièrement d’oublier, d’avoir des trous de mémoire, de perdre le fil… de perdre la tête ! Pas sûr que ce soit bon signe… Mais au plus profond de ma fragile humanité se trouve une mémoire inaliénable et incommensurable, celle du monde et de son histoire.

J’ai découvert récemment que nos cellules, toutes nos cellules étaient en capacité de modifier leur ADN en cas de jeûne et ainsi de se reprogrammer pour un fonctionnement économique et adapté au manque de nourriture. Des cellules malades, comme des cellules cancéreuses par exemple modifient aussi leur ADN mais il ne peut pas se remettre dans l’ordre du code originel et en conscéquence, les cellules malades meurent. J’ai trouvé cela bouleversant ! De microscopiques entités de vie, remplies de l’intelleligence totale de la vie se modifient entièrement en vue de poursuivre la vie ! Elles sont parfaitement connectées au programme ancestral de vie de toute cellule humaine. Quel mot ne serait dès lors pas trop étriqué pour exprimer cette puissance, cette intelligence, cette beauté ?

Cela confirme pour moi le fait que nous savons. Oh non, nous ne sommes pas omniscients, omnipotents ! C’est plutôt dans l’accueil de notre fragilité, dans ce mouvement de descente intérieure que nous pouvons nous reconnecter à la vérité intrinsèque de chaque petites cellules, à Dieu et les laisser nous remettre en ordre de marche. Cela peut nous amener à crier « Enfin ! » lorsque nous touchons ces lieux de libération, de reconnection. Nous retrouvons notre maison, notre identité. Nous sommes libérés et remplis de paix. C’est un long processus dans lequel notre responsabilité est engagée et chaque pas de vie, ici et maintenant, aura ses déploiements et conscéquences demain. Tout est relié !

« J’établirai mon alliance entre moi et toi, et ta race après toi, de génération en génération, une alliance perpétuelle, pour être ton Dieu et celui de ta race après toi. »

Genèse 17, 7