Il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas…

Chacun de nous a certainement dit ou entendu au moins une fois dans sa vie cette formule… Quand, au moment de mettre fin à une rencontre dont on ignore si elle se renouvellera ou non, aucun des protagonistes n’a vraiment envie d’attrister l’autre en lui disant « A Dieu ». Ou bien, quand se cache au fond des coeurs un secret espoir de renouveler la rencontre sans oser le dévoiler…

D’un point de vue pratique, il semble tout à fait improbable de déplacer des montagnes afin qu’elles se rencontrent. C’est même plutôt sensé de le dire ! Et pourtant…

Où se termine la montagne ? Où débute la vallée ? Certes deux sommets ont peu de chance de se toucher, hormis tremblements de terre terribles. Mais en cheminant d’un sommet à l’autre, passant par les vallées et les gorges, on pose bel et bien le pied sur une terre intermédiaire, une terre de lien. Est-ce encore la montagne ? Est-ce seulement la vallée ? C’est un tiers lieu, un espace de respiration, ni l’une ni l’autre des montagnes, autre chose, autre part…

Cet espace libre et neuf est l’espace de la créativité, de l’écoute, du dialogue et de l’Amour. Dans nos rencontres quotidiennes nous sommes à l’image de ces montagnes qui ne se rencontrent jamais, sûrs de nous-mêmes et exhibant nos sommets. Nous narguons l’autre de notre hauteur, nous le mettons au défi de toute notre stature. Comment se rencontrer dans ce cas si ce n’est en descendant dans la vallée, dans ce tiers lieu qui n’est ni tout à fait l’un, ni tout à fait l’autre mais à la fois le meilleur de l’un et de l’autre ? Oui, le meilleur peut se découvrir en cet espace vierge, en ce lieu de Dieu parce que l’une comme l’autre partie ont accepter se s’oublier pour se laisser rencontrer et se laisser découvrir, dans tous les sens du terme.

La Foi

« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père sinon par moi. »

Jn 14, 6